Inuitartzone.com

Sculptures de torses féminins par Ovilu Tunnillie

Voir les oeuvres sur le site de la galerie: http://www.inuitartzone.com/inuit_art_sculptures_s/12.htm?searching=Y&sort=3&cat=12&show=15&page=3   Torse, 1999, Ovilu Tunnillie, serpentine Ovillu réalisa sa première sculpture en 1965, alors qu’elle avait environ 14 ans. Comme l’explique Kira Vladykov Fisher qui a publié des notices biographiques d’artistes inuit : « Il s’agissait d’une femme sans jambes, avec un bébé dans son dos. Elle et sa famille vivaient à l’époque à l’extérieur dans un campement à Igalaalik [près de Kinngait]. Son père, Toonoo, allant en ville, elle lui demanda de vendre pour elle la sculpture et d’acheter avec l’argent qu’il en recevrait davantage de provisions. Quand il revint au campement, il rapporta bien plus de provisions qu’elle n’avait envisagées. Elle sollicita alors son père pour qu’il lui montre comment sculpter, en la laissant le regarder.» (Vladykov Fisher 2008: 259). C’est en regardant son père sculpter qu’Ovilu apprit à sculpter, expérimentant ensuite par elle-même. Depuis, elle sculpte des portraits féminins et des scènes du quotidien, incluant des thématiques sociales comme les violences domestiques et les conséquences de l’alcool. Dans ses œuvres récentes, elle expérimente de nouvelles formes avec des bustes et des nus féminins. Ces œuvres nous rappellent les sculptures classiques en marbre, de la Grèce antique. Même si nous ne savons pas si Ovilu s’est effectivement inspirée de l’art de la période archaïque grecque (700-480 av. JC), ou si elle a eu l’occasion de voir ces sculptures, il n’en demeure pas moins que ses sculptures ressemblent à celles de cette époque. Elle représente ainsi des bustes féminins avec des lignes douces et des formes simples, sans tête ni bras. Ses compositions conservent seulement la rondeur de la poitrine, les courbes des hanches en suivant un fessier bombé et de longues fines jambes jusqu’aux mollets. Ce genre de représentation est unique au sein de la production d’art inuit contemporain et pourrait être interprété comme un clin d’œil à la tradition sculpturale occidentale antique. Torse, 1999, Ovilu Tunnillie, serpentine Les oeuvres de Ovilu Tunillie’s works ont été exposées au Canada, aux États-Unis, en Russie, en Belgique, en Allemagne, en Suisse et en France. Sa famille est largement impliquée dans la création artistique de la communauté de Kinngait : ses parents, Toonoo Toonoo et Sheojuke Toonoo, ses frères Jutai Toonoo et Samonie Toonoo, ainsi que ses enfants Etidloie Tunnillie et Tytosie Tunnillie sont tous des artistes. Récemment, Ovilu Tunnillie est devenue membre de l’Académie Royale des Arts du Canada (RCA). Référence VLADYKOV FISHER, Kyra, 2008, Guide to Cape Dorset artists, Cape Dorset: Municipality of Cape Dorset.
Share this
Older Post Newer Post