Inuitartzone.com

L'histoire de Lumaaq

  Les mythes appartiennent à la culture inuit traditionnelle et ont été transmis oralement de génération en générations. Aujourd'hui, les aînés racontent aux jeunes ces histoires, héritées de leurs parents et grands-parents. Certaines histoires sont très populaires en Arctique, inspirant ainsi les artistes contemporains en sculpture comme en arts graphiques.   L'histoire de Lumaaq, le jeune garçon aveugle guéri par les huarts (plongeons) est bien connue. Il en existe différentes versions, selon les familles et les régions; toutes racontent l’histoire d’un jeune homme aveugle vivant avec sa sœur et leur mère adoptive (ou leur grand-mère) qui les maltraitait. Nous voyons ici comment le jeune homme recouvre magiquement la vue, dans un extrait du mythe de Lumaaq. Le récit suivant a été conté par Abraham Nastapoka (Aipajaqaa Nastapuuka) à Inukjuaq au Nunavik (Nord québécois), en 1967.   Au mois de juin, quand les gens vivaient sous la tente, toutes sortes d'oiseaux migraient vers le nord. Des huarts, venant de la mer et volant en direction des lacs passèrent en criant au-dessus d'une tente familiale. Un garçon aveugle entendit les cris et huarts et pensa que ces oiseaux pourraient probablement le guérir de sa cécité. Il demanda donc à sa sœur s'il y avait un lac dans les environs. Le garçon qui restait seul dans sa tente toute la journée, se mit à imaginer que sa sœur pourrait l'emmener au lac où les huarts s'étaient rendus. Un jour, alors que sa méchante mère était partie, il dit à sa sœur : « Ma sœur, guide-moi jusqu'au lac le plus près. Une fois que nous y serons, tu pourras rentrer à  la maison, mais entasse des pierres en petits monticules qui m'indiquerons le chemin du retour » C'est ainsi qu'ils partirent en direction du lac le plus près.   Ils l'atteignirent, puis sa sœur  rentra à la maison. Le garçon aveugle se tenait près du lac en attendant le cri des huarts. Ceux-ci vinrent au lac et se posèrent sur l'eau en criant très fort. Le garçon les héla : « Huarts ! Huarts ! Redonnez-moi la vue ! ». Les huarts s'approchèrent de la rive et lui répondirent : « Très bien. Si tu veux te débarrasser de ta cécité, viens sur la rive et enlève tous tes vêtements. » Le garçon suivit les instructions des huarts et enleva tous ses vêtements. Il se glissa dans l'eau, les huarts le guidant par la main. Tandis qu'il se tenait debout dans le lac, immergé jusqu'au cou, les huarts léchèrent ses yeux. Après quoi, ils l’enjoignirent de plonger sous l'eau, en précisant : « Donne-nous un signal quand tu auras besoin de remonter pour respirer. Nous te tirerons jusqu'à la surface ».   Même s'il aurait pu y rester encore un peu, le garçon, se sentant nerveux sous l'eau, signala aux huarts de le remonter. À son grand étonnement, les huarts le tirèrent jusqu'à la surface dès qu'il eût donné le signal. Quand il émergea, les huarts lui demandèrent : « Est-ce que tu vois maintenant ? » Il répondit : « Oui, je vous vois tous les deux ».   Ils léchèrent ses yeux de nouveau, puis le garçon répéta son plongeon. Cette fois, il était moins nerveux et demeura sous l'eau un peu plus longtemps avant de donner le signal de la remontée. Quand il émergea, les huarts lui demandèrent : « Est-ce que tu peux voir le carex qui pousse là-bas, au pied des collines ? » « Non » répondit le garçon.   Alors pour la troisième fois, les huarts léchèrent les yeux de l'aveugle et lui dirent de plonger sous l'eau. Le garçon se sentait maintenant assez brave pour y rester bien plus longtemps. Il donna le signal, puis les huarts le remontèrent à la surface.   Quand il émergea, ils lui posèrent la même question : « Maintenant, est-ce que tu peux voir le carex au pied des collines ? ». Le garçon répondit : « Oui, maintenant je peux voir la beauté de ces plantes. » « Nous avons guéri ta cécité », lui dirent les huarts. Ayant recouvré la vue, le garçon retourna sur la rive et remit ses vêtements, après quoi les huarts s'envolèrent.

[retranscrit par Jacob Oweetaluktuk et traduit par Johny Nowra]

  Référence : NASTAPOKA, Abraham, 1995, « Comment les tuulliik guérirent l'aveugle », Tumivut, atuagait inuit nunavimmiut iluqqusinginnuangajut/ Tumivut, the cultural magazine of the Nunavik Inuit/Tumivut, la revue culturelle des Inuit du Nunavik, no 6, pp. 21-22.
Share this
Older Post Newer Post